Le Sauvetage Sportif se caractérise par deux spécialités

 

Ces spécialités sont inspirées des situations que l’on peut retrouver dans le sauvetage traditionnel ou professionnel. L’activité a pour volonté de « sauver mieux et plus vite », elle se pratique en compétition du niveau local au niveau mondial, elle est réalisée en individuel ou en collectif.

Le Sauvetage Sportif se caractérise par deux spécialités :

  • Le sauvetage en eau plate
  • Le sauvetage côtier

La Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme a pour devise : Préserver et Sauver

En France, les catégories d’âge sont:

  • 10/11 ans (poussins)
  • 12/13 ans (benjamins)
  • 14/15 ans (minimes)
  • 16/17 ans (cadets)
  • 18/19 ans (juniors)
  • 20/29 ans (seniors)
  • 30/39 ans (master 1)
  • 40/49 ans (master 2)
  • 50/59 ans (master 3)
  • 60 et + (master 4)

Des championnats du Monde sont organisés tous les 2 ans avec quelques nations parmi les 113 composants l’I.L.S. (International Life Saving). Ils concernent les seniors (par nation et par club) et les masters (de 5 ans en 5 ans à partir de 30 ans). L’Australie, pays d’origine de ce sport, connaît un championnat national aussi important que le football en Europe.

L’hémisphère sud compte là-bas déjà une multitude de sportifs professionnels répartis dans des clubs de sauvetage installés sur chaque plage locale. Des magazines spécialisés relatent leurs exploits et les chaînes de télévisions diffusent les compétitions sur les chaînes nationales tandis que de grandes sociétés communiquent ce sport énergique et mordant.

 

 


 

Les épreuves en eau plate

Le sauvetage en eau plate représente l’ensemble des épreuves sportives se pratiquant en piscine. On dénombre 7 épreuves individuelles et 5 épreuves d’équipe. Le déroulement des épreuves se mesure en temps : les 8 meilleures réalisations chronos lors des séries qualificatives donnent accès à la finale des épreuves en eau plate ;. Il existe là aussi non seulement la recherche de la meilleure place mais aussi la recherche de la meilleure performance chronométrique (meilleure performance, records de France, records d’Europe, du Monde…)

 

En Individuel :

  • 50m mannequin :

Cette épreuve se court sur 50 m. Elle symbolise la recherche de la personne en détresse et son remorquage en surface en un minimum de temps. Après avoir parcouru 25m en nage libre, le sauveteur plonge vers le mannequin placé entre 1m80 et 3 mètres de profondeur, le remonte et le remorque sur 25m.

  • 100m, 200m ou 400m obstacles : Un obstacle de 2m50 sur 70 cm est placé à 12m50 du bord. À chaque passage, le nageur doit passer sous cet obstacle. Cette épreuve simule le passage de vague par le sauveteur lors de la recherche d’une personne en détresse dans un minimum de temps.
  • 100m remorquage du mannequin avec palmes : Le nageur effectue 50m en nage libre avec palmes, récupère un Mannequin au fond de l’eau situé entre 1m80 et 3 mètres, puis le remorque sur 50m sans que le mannequin n’ait la tête sous l’eau.
  • 100 m combiné de sauvetage : Le nageur effectue un 50 m nage libre, de suite après le virage il poursuit une apnée de 20 m, récupère un mannequin puis le remorque sur 30 m sans que le mannequin n’ait la tête sous l’eau
  • 100m sauvetage du mannequin avec palmes et bouée tube (Lifesaver) : Le nageur effectue 50 m nage libre avec une bouée tube et des palmes, récupère un mannequin au bout du bassin, le « clipse » à l’aide de sa « bouée tube », puis revient sur 50 m nage libre palmes en tirant le mannequin.
  • 200m super sauveteur : Le nageur effectue 75 m de nage libre, récupère un Mannequin au fond de l’eau situé entre 1 m 80 et 3 m, puis le tracte sur 25 m sans que le mannequin n’ait la tête sous l’eau ; chausse une paire de palmes et enfile sa bouée tube, effectue 50 m nage libre palmes et « bouée tube », récupère un mannequin au bout du bassin, le « clipse » à l’aide de sa « bouée tube », puis revient sur 50 m nage libre palmes tout en tirant le mannequin derrière lui.

En équipe :

  • Relais 4 × 50 m obstacles : 4 nageurs se relayent sur 50 m en passant sous des obstacles placés à 12,50 m du bord.
  • Relais 4 × 25 m mannequin : 4 nageurs se relayent sur 25 m et remorquent un mannequin en surface.
  • Relais 4 × 50 m bouée tube : l’équipe se compose de 4 nageurs. Le premier part en 50 m nage libre, le second en 50 m nage libre avec palmes, le troisième en 50 m nage libre avec bouée tube. Le quatrième, palmé reçoit le harnais et part sur 50 m tirant derrière lui le troisième accroché. Celui-ci ne s’aidant que des jambes.
  • Relais lancer de corde (Line Throw) : cette épreuve est chronométrée, un sauveteur lance une corde à un membre « victime » de son équipe situé dans l’eau à approximativement 12m et le tire vers le mur d’arrivée de la piscine.
  • SERC : épreuve de simulation de sauvetage, qui propose à une équipe de quatre sauveteurs de résoudre différentes situations de détresse et ce dans un temps limite.

 

 

Les épreuves côtières

Ces spécialités sont inspirées du sauvetage côtier professionnel et de la volonté de « sauver mieux et plus vite ». Le sauvetage côtier regroupe les épreuves se pratiquant sur sable et sur plan d’eau (mer, océan, lac). On dénombre 6 épreuves individuelles et 4 épreuves par équipe sous forme de relais

Individuel :

  • Course (Sprint) : un sauveteur court sur une distance de 90 m sur le sable.
  • Éventuellement 2 km course : course de 2 km sur sable.
  • Nage (Surf Race) : les sauveteurs s’élancent d’une ligne de départ, nagent jusqu’à une ou plusieurs bouées, qui symbolisent un noyé, et reviennent jusqu’à la plage le plus rapidement possible.
  • Board Race (Paddle Board) : les sauveteurs s’élancent d’une ligne de départ, rament avec leur planche jusqu’à une ou plusieurs bouées, qui symbolisent un noyé, et reviennent jusqu’à la plage le plus rapidement possible.
  • Surf Ski (Ski race) : le départ se fait dans l’eau et les sauveteurs doivent effectuer un parcours avec leur surf ski (kayak de mer) délimité par des bouées, avant de revenir vers la plage pour passer la ligne d’arrivée matérialisée par deux drapeaux dans l’eau.
  • Bâtons musicaux (Beach flag) : les sauveteurs sont couchés sur le sable à plat ventre, dos aux bâtons qui sont plantés sur une ligne parallèle à la ligne de départ mais distante de 20 m. Il y a un bâton en moins que de participants. Au signal, les compétiteurs se redressent, se retournent et se jettent en sprint sur 1 des bâtons. Celui qui reste sans bâton est éliminé
  • Combiné de sauvetage côtier (Ironman Race) : les sauveteurs nagent sur une distance de 400 m, réalisent un parcours avec planche, un parcours surf ski et une course sur le sable (l’ordre des épreuves est tiré au sort).

En équipe :

  • Relais sprint sur sable (Beach relay) : 4 sauveteurs se relaient sur une distance de 4 fois 90 m en se passant un témoin (bâton)
  • Relais Sauvetage Bouée Tube (Rescue Tube rescue Race) : 4 sauveteurs sont nécessaires pour ce relai. Le premier nage jusqu’à une bouée, lorsqu’il est arrivé à cette bouée, il lève son bras pour donner le signal de départ au deuxième sauveteur qui s’élance avec une paire de palmes et une bouée tube. Il doit aller le plus rapidement possible « sauver » le premier sauveteur qui joue le rôle de la victime. Le sauveteur muni de la bouée tube va « clipser » sa victime et va la ramener jusqu’à la plage le plus vite possible. La les deux autres sauveteurs vont saisir la victime par les bras et la tirer jusqu’à la ligne d’arrivé.
  • Relais Sauvetage en Planche (Rescue Board Rescue Relay) : le premier sauveteur part de la plage et nage jusqu’à une bouée. Une fois arrivé, il donne un signal au deuxième sauveteur. Le deuxième part de la plage avec la planche, récupère son équipier à la bouée, et revient à deux sur la planche, en terminant au final par un sprint sur la plage avec la planche.
  • Relais Combine de Sauvetage (Taplin Relay) : c’est un « ironman » en équipe, 4 sauveteurs se relayent et réalisent chacun une des épreuves (sprint, nage, planche et kayak)
  • Relais Planche de Sauvetage : parcours de planche effectué par 4 relayeurs
  • Relais Nage : parcours de Nage effectué par 4 relayeurs.
  • Double ski : parcours de surfski biplace.
  • Le surfboat : le surfboat, avec son bateau de près de 300 kilos et ses rames atteignant près de 5 mètres, ses 4 boaties (rameurs) et son sweper (barreur), est une course très spectaculaire avec son parcours aller de près de 400 m en passant à travers des déferlantes dépassant parfois deux mètres, et son retour de même distance en surf.